Panier

Le challenge lancé en collaboration avec Hélène Jean Claude sur Facebook m’a donné envie de partager ici un article que j’ai écrit sur le processus de création pour le numéro de l’hiver 2018 du magazine Polymerweek (une revue centrée sur la pâte polymère et publiée en anglais). L’article était plus long mais j’ai choisi de partager ce qui me semblait essentiel. J’ai également remplacé certaines photos qui étaient dans l’article par des photos un peu plus actuelles.

La plupart des gens utilisent le terme inspiration pour parler du processus de création.

L’inspiration est quelque chose qui arrive brutalement et qui s’impose totalement à l’artiste. L’inspiration s’apparente souvent à une illumination, un peu comme si une force supérieure intervenait et  aboutit à une œuvre supérieure qui surpasse complètement  les autres.  

Le processus de création est peut-être plus personnel, lié au vécu et à l’histoire de l’artiste lui-même, à son caractère, à ses efforts et à la société dans laquelle il évolue.

Quand j’avance dans un projet, je me pose souvent la même question : Quelle est mon idée de départ ? De quoi je suis partie ? Qu’est ce qui a précédé ? Pourquoi j’avance dans cette direction?

Je n’ai pas toujours eu ce questionnement mais touchée par des accusations il y a quelques années, j’ai eu besoin d’analyser mon processus de création. Ce fut dans un premier temps une recherche liée à l’inquiétude d’être à nouveau blessée puis au fil des années, c’est devenu une habitude qui m’aide à voir mon évolution. Cela me permet d’avancer et m’améliorer.

Le processus de création est alimenté par plusieurs éléments :

détail d’une des premières pièces des bijoux twist

Nos émotions

Nos émotions influencent notre créativité :

Le plus souvent de manière positive : le décor utilisé sur mes bijoux twist est né sous le coup de la colère.  

J’ai trouvé cet effet intéressant car il était assez éloigné de ce que je faisais habituellement. Cela m’a permis de partir dans une direction que je n’aurais pas prise si j’avais éprouvé une  

Mais parfois nos émotions freinent notre créativité. Je pense à une émotion telle que la peur. La crainte de ne pas se renouveler, la peur du regard de notre entourage ou de nos pairs sur notre travail sont des freins puissants.

Notre entourage et le regard qu’il porte sur notre travail

Le regard que porte notre entourage influence notre processus créatif. Les discussions, les échanges, les critiques qu’elles soient positives ou négatives permettent d’avoir un regard extérieur, un regard neuf  sur notre travail.

Dans ma famille, on porte peu de bijoux et le plus souvent, ils sont fins et discrets. Malgré le fait que je revendique l’envie d’avoir de la place (donc de gros bijoux) pour m’exprimer, leur regard m’influence tout de même à réduire  (un peu) mes pièces. Je crée en priorité des bijoux que j’ai envie de porter mais également que les femmes de ma famille pourraient avoir envie de porter.

Notre personnalité

Un artiste orientera sa créativité en fonction de ses centres d’intérêts : cela peut être guidé par un style, un univers : certains artistes ne créent que des  bijoux de types ethniques d’autres des bijoux gothiques….d’autres enfin basent  toutes leurs  recherches afin de traduire leur monde onirique.

Je crois que ce qui nourrit mon processus de création global, c’est mon intérêt pour la technologie mécanique.  Ce qui me mène à chercher comment faire des bijoux aux fonctions multiples (comme les bijoux réversibles)

reversible earrings
Boucles réversibles

La société, la mode, « l’air du temps », ce que l’on voit ce que l’on lit

Les revues qu’on feuillette chez le médecin ou chez le coiffeur, les publications FB, les vitrines des magasins, les partages sur Pinterest, Instagram… nous influencent le plus souvent sans qu’on ne s’en rende compte.

Actuellement on voit passer sur de nombreux comptes Instagram une mode de boucles d’oreilles assez imposantes mais relativement sobres en terme de décor. Cette mode va forcément influencer notre travail d’une manière ou d’une autre : soit notre créativité suit le courant actuel et on crée des boucles plus simples, plus sobres soit notre créativité prend le contre courant et on affirme encore plus son style différent.

La connaissance de la matière que nous travaillons

La connaissance de plus en plus large de la matière que je travaille, l’expérience que j’ai acquise au fil des années me permet d’envisager un obstacle différemment.

Les solutions que j’aurais envisagées il y a 5 ou 10 ans ne sont plus les mêmes que celles qui me viennent à l’esprit maintenant.

Quelques conseils

La créativité se travaille.

Premièrement, il est important de se dire que le processus de création n’est pas quelque chose de rapide. Il y a le processus sur une idée précise qui peut prendre plusieurs semaines ou mois avant de murir. Et puis il y a le processus de création général qui évolue sur plusieurs années. Il ne sert à rien de le forcer. Parfois, rien n’évolue. Les idées ne se mettent pas en place ou sont simplement absentes.

Je m’impose de mettre par écrits mes idées avec les dates et les orientations que je veux prendre. Je griffonne surtout  des formes, ou des idées de montage. Ça ne ressemble à rien de présentable mais en voyant mon croquis par la suite je retrouve (pas toujours) mon idée première Je ne retravaille pas la moitié de mes  croquis mais je les feuillette de temps en temps et parfois ça réactive une envie ou ça déclenche une autre idée.

extrait du carnet que j’ai tenu lors d’un challenge proposé par Ana Bondu
Exemples de carnets dans lesquels je note mes idées

Se fixer ses propres challenges aide énormément à évoluer. Il n’y a pas besoin que ce soit des challenges énormes pour commencer : suis-je capable de réduire la taille de mes pièces et que cela reste solide ? Suis-je capable de reproduire exactement cette teinte ?….

Un défi à plusieurs est très stimulant également car on gagne en plus la possibilité d’échanger et partager ses progrès et manière de voir les choses.

Challenge lancé en collaboration avec Hélène Jean Claude sur Facebook

Etre à l’écoute de ce qui vous entoure et réfléchir à ce qui vous motive. Bien connaître votre processus créatif vous permet de relativiser les moments de doute et les périodes où vous avez l’impression de ne rien faire de nouveau.

Mais le plus important : faites-vous confiance. Croyez en vous-même et n’oubliez jamais de faire les choses avec  plaisir.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.